Harry Potter : suite et fin

Publié le par Blood Red Sandman

Ça y est, comme prévu, troisième vidéo et deuxième test de jeu Harry Potter et cette fois, je m'attaque à du bon, du très très bon : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban sur Game Boy Advance.

 

jaquette-copie-1.jpg

 

Comme je vous le dit dans la vidéo, c'est un excellent RPG et si vous avez une dizaine d'heures à perdre, vous savez désormais quoi faire!

 

 

 

Et comme promis, je vais maintenant vous offrir un petit récapitulatif des jeux Harry Potter parus à ce jour! Et ce en 5 parties (Ouah quelle organisation!!!) Avant de commencer et pour ne pas me répéter (même si je l'ai déjà dit dans la critique de HP4, la totalité de ces jeux sont édités par les bien connus Electronic Arts, ce qui est assez intéressant, puisque la cause de la fracture entre les épisodes 3 et 4 n'est donc pas due à l'éditeur (ou alors cette cause est bien cachée)

 

Tout d'abord, trois parties pour les trois premiers jeux correspondant aux différentes versions :

 

I - Les versions consoles :

 

En effet, comme tous les jeux à licence, les jeux Harry Potter sont sortis sur un bon nombre de plateformes : et en ce qui concerne les trois premiers jeux, vous les avez peut-être croisés sur NGC, GBA, PS2 et XBox, et peut être également sur Game Boy Color et PS1 pour les deux premiers.

 

Ces jeux d'aventure tout public ont été développés dans un premier temps par Warthog Games et Argonaut Games pour l'école des sorcier, Eurocom pour la chambre des secrets et Electronic Arts pour le prisonnier d'Azkaban, et malgré ces changements de développeurs, la qualité était toujours au rendez-vous.

 

Alors la durée de vie était tout de même limitée (mais le manque de temps étant un problème récurent des jeux à licence, nous pouvons rester clément sur ce point puisque bien des jeux ont fait plus court). Le scénario suivait plutôt fidèlement les films (et donc globalement les livres) et on retrouvais même des éléments du livre absents des films, comme le dégnomage de jardin dans le deuxième volet.

Le gameplay quant à lui était agréable et précis, bref, on avait là une expérience de jeu très agréable. Mais les jeux souffraient malheureusement d'une difficulté trop faible, ce qui fait que le jeu ne représente pas un réel défi, mais reste vraiment excellent pour les plus jeunes.

 

II - Les versions PC/Mac OS :

 

Ce sont là les versions que je connais le moins, alors je tiens tout d'abord à remercier Enary pour m'avoir aidé pour ce paragraphe.

 

Du point de vue du développement de ces jeux d'aventure, nous devons l'école des sorciers à la petite boite KnowWonder, tandis que les deuxième et troisième volets ont les mêmes développeurs que les versions consoles.

 

Le scénario est, comme pour les versions consoles, globalement fidèle à l'esprit des livres, même si par exemple on retrouve la boutique de Fred et George dans le troisième opus alors qu'elle n'apparaît que dans le cinquième livre, bref quelques détails, mais qui font que ces versions sont considérées comme les moins fidèles (mais compte tenu de la fidélité des autres versions, cela reste plus qu'honorable).

L'ambiance de ces jeux est encore une fois très sympathique, même si le fait d'être presque exclusivement dans le château fait que les décors manquent de diversité. Graphiquement, le jeu est plutôt beau et fluide, et le gameplay est là encore au rendez-vous : une prise en main rapide et aisée, et ce que ce soit au clavier ou à la souris.

 

Les gros problèmes du jeu restent encore une fois la durée de vie (il est finissable en une journée si on le veut), et surtout la facilité des titres : la difficulté n'évolue pas vraiment au fil du jeu, le jeu contient un système d'aide qui n'est pas déactivable, et les trois jeux étant très proches, une fois les réflexes acquis pour un jeu, les autres se finissent très facilement.

 

III - Les versions Portables :

 

Parlons enfin de mes versions préférées, les versions Game Boy Color et Advance. Contrairement aux autres versions, nous avons là affaire à trois RPGs développés par Griptonite Games (à l'époque où ils s'appelaient encore Amaze Entertainment).

 

Du point de vue du scénario, ces versions sont considérées comme les plus fidèles aux films et mieux encore, comme les plus fidèles aux livres : par exemple dans Harry Potter à l'école des sorciers, à un moment, nous devons guider Harry de la bibliothèque aux dortoirs en évitant Rogue et Rusard (et ainsi trouver la salle du miroir du Rised). Eh bien pour trouver le bon chemin, sachez que j'ai pu suivre les indications du livre. Et pour moi, nous avons là la vraie définition de la fidélité : quand le livre peut servir de soluce, c'est que le jeu est vraiment fidèle.

 

Pour le gameplay, la durée de vie, la bande son, je n'ai pas vraiment envie de me répéter donc je vous conseille de regarder la critique du prisonnier d'Azkaban, puisque globalement, les trois versions sont du même acabit.

 

IV - La décadence :

 

Et pourtant, malgré des bases plus que saines, les jeux Harry Potter et la coupe de feu ont été décevants et ce sur tous les supports. Les jeux n'étaient déjà pas bien difficiles avant cet épisode, mais cet épisode marque une sorte de casualisation encore plus poussée.

 

En effet, avant le jeu nécessitait peu de skills ou de réflexion mais désormais, ces deux éléments sont totalement inutiles : comme vous l'avez vu dans la critique de HP4 sur NGC, les versions consoles se résument à bourriner le bouton de sort en se déplaçant dans toutes les direction en espérant toucher des ennemis ou des objets bref, un jeu sans intérêt. Pour la version DS, on se retrouve à devoir tracer des signes cabalistiques sur l'écran pour lancer le moindre sort, et je tiens d'une source sure (oui oui, encore merci à toi Enary) que la version PC est elle aussi vraiment ratée.

 

Quand à la raison de ce brusque changement, elle m'est encore inconnue. Je vous l'ai déjà dit, l'éditeur n'a pas changé puisqu'on retrouve encore Electronic Arts aux commandes. Doit on alors chercher du coté des développeurs? Eh bien au premier abord, j'ai pensé que la cause était ici puisque les épisodes 4 et 5 sont l'oeuvre de Magic Pockets, les développeurs de la série des Léa Passion entre autre. Malheureusement, ce n'est pas si simple puisque les épisodes 6 et 7 ont eux été développés par EA...oui...comme pour les versions consoles du prisonnier d'Azkaban.

 

Les causes restent donc obscures, mais une chose est sure, ces jeux sont honteux, et donc à éviter selon moi.

 

V - Les hors série :

 

Il me reste donc pour être complet, à parler des hors série qui ne sont pour le moment qu'au nombre de deux.

 

Tout d'abord, le jeu Harry Potter : coupe du monde de Quidditch, qui est développé et édité par EA Game, et qui comme son nom l'indique est un jeu de sport qui loin d'être exceptionnel, a au moins le mérite d'être divertissant. EA Games est familier avec ce genre de jeu donc la jouabilité est correcte. Seul petit problème : le jeu est encore une fois très facile (décidément, la licence semble maudite de ce point de vue!).

 

Et enfin, la grande famille des jeux légo a elle aussi accueilli la licence Harry Potter dans des jeux édités par WB Games et développé par Traveller's Tales. Alors c'est un jeu légo comme les autres, ou dégomme tout pour récupérer des pièces, on construit des objets, bref, le concept a déjà fait ses preuves et là encore, ça marche plutôt bien.

 

 

Bref pour conclure sur les jeux Harry Potter : les trois premiers sont très bons et je ne peux que vous les conseiller, malgré qu'ils soient trop courts et trop simples, les jeux suivants sont casualisés et rendus encore plus simples ce qui enlève tout intérêt aux titres, et les spin off sont bien sympathiques mais encore une fois trop simples, toutefois si vous pouvez les trouver pour un prix raisonnable, n'hésitez pas à y jeter un oeil.

 

Sur ce je vous laisse, veuillez agréer des bisous,

PS

Publié dans Critiques diverses

Commenter cet article